Les homme qui ne font pas bien les rapport sxuels se voient divorcé.

Je pars!! Tu ne m’a jamais satisfait. Je ne peux pas accepter de rester fille alors que j’ai un mari. Au Burundi, les rapports conjugaux constituent un lien entre les mariés et c’est aussi un pilier  qui fait que les choses aillent dans le bon sens. Ces rapports mêmes , quand ils sont mal faits ou mal gérés peuvent occasionner le divorce.

   Avant le mariage.

Le mariage, même si c’est très coûtant , est très nécessaire car c’est le moyen de montrer aux autres ce dont on est capable. A la veille du grand jour, je dis du mariage des conseils sont prodigués à la jeune fille:

Respecter les membres de la famille dans laquelle tu va vivre.

– Ton beau père devient ton père.

– Ta belle mère devient ta mère.

– Respecter tes beaux-frères comme tu le fait pour ton mari. 
Elle divorce suite à la faiblesse sexuelle de son mari!!

    C’était un beau jour, le soleil brillait sous un ciel bleu, le petit vent souflait, l’horizon tranquille, quand elle a été accompagné comme tout autre fille allant fonder son propre foyer. Ce n’est qu’après une année de silence que les querelles ont commencé dans la nouvelle famille. L’homme commence à rentrer tard la nuit, quand la femme devenait de plus en plus esclaves de boissons fortes. La femme ne se rendait plus compte si la nuit était déjà tombée. Elle ne faisait que chercher un homme pouvant éteindre sa soif. Elle se plaignait souvant, disant qu’elle ne voyait pas l’importance du mari. Des murmures commencet à se faire entendre comme quoi elle s’était livrer dans la prostitution. Dans un silence incomparable, son mari commence des enquettes. Un soir, dans la maison du voisin, la femme est attrapée, la main dans le sac. Elle couche avec un autre homme. Ouuufff!!!! 

“Je comprend pourquoi tu es devenue compliquée”, lui dit son mari légal. ” J’espère qu’à partir d’aujourd’hui tu n’es plus ma femme. Tu reste avec cet homme”, a-t-il ajouté et il s’en est allé. 

L’homme ne savait pas que sa femme faisait tout ça en connaissance de cause. Le lendemain, il rassemble les membres de la famille pour leur dire ce qui s’était fait la veille. Quand la parole  fut accordée à la dame, elle a dit:”Depuis que je suis chez-toi, je ne peux pas dire que je suis devenue femme car tu n’a rien fait autre que me gratter. Je ne peux pas continuer d’être appelé femme alors que tu ne me satisfait jamais dans tes faux rapports conjugaux”. A ces mots, sans même demander le reste, elle se lève est part pour une destination inconnue.

Le secret du lit conjugal ne peut être devoilé que par l’un des deux. Je ne peux même pas confirmer l’impuissance du mari car il y a des femmes qui sont insatiables.

Aho inkuba iciye ntawusubiraho!!

image

Kuva kera ba  sogokuru bari basanzwe bafise ivyo baziririza. Nk’akarorero, carazira kikaziririzwa gucana igiti cakubiswe n’inkuba. Ivyo rero vyaraba umurundi wese. Ukwo kuziririza ni na kwo kwatuma umuco n’akaranga bidatituka. Na bugingo n’ubu, ugutinya ikintu cakubiswe n’inkuba biracibonekeza mu  barundi.

   Inkuba ni iki?

Ni ikintu kitaboneshwa amaso, kizanana n’imvura irimwo imiravyo n’imituragaro ariko kikabonekera ku vyo  cononye. Inkuba ikubita abantu n’ibintu. Iyo ikubise umuntu, akenshi aca apfa. Hari uwugira Imana akarusimba. Abenshi mu  bakubiswe n’inkuba bakarusimba baremeza ko inkuba isa n’isake y’igitare, ifise ibizara n’ikinwa birebire kandi vyigonze. Aho iciye harangwa n’uko ibihari vyose vyononekaye: ibiterwa, ibitungwa, abantu,…, eka ibinyabuzima vyose birononekara. Abantu bakunda kugendereza ibihe, iyo hariko havuga imiravyo n’imituragaro vyinshi, barahagarika umutima bibaza ko  inkuba ishobora kwonona ibintu.

Ico inkuba yakubise kirazira kugikoresha ikintu na kimwe.

     Kuva na kera, inkuba yari iteye ubwoba. Abarundi bose  baratinya ikintu inkuba yagendeye, kandi n’ubu biri ukwo.

Mbega vyagenda gute  iyo inkuba yakubise abantu n’ibintu?

Iyo inkuba yakubise abantu n’ibintu, umukurambere wo muri uwo muryango ni we yaheza akivuga ati:” Iraduhaye ntiyahaye bake“. Baraheza bakazana umupfumu agateraho umugombe.
Abo muri uwo muryango baca biyoga, bakinyukurisha umugombe. Ibitoke vyose vyaba vyashikiriwe vyaratemwa kuko vyaca bibora mu mwanya muto. Ibiti baca babirekera aho, gushika vyihenuye.

  Imiziro y’igiti cakubiswe n’inkuba.

Igiti caba cakubiswe n’inkuba nta co caheza ngo gikoreshwe.
Emwe, ntawovuga ngo ni ukubera inkwi zitari bwa kene, kuko na bugingo n’ubu bimeze ukwo. Naho vyari uko, hari aho vyashika bakagicana. Aha, wibuke wa mugani wa
Sokuru ati:”Ikizira barazirura”.

   Mbega ni inde yari  arekuriwe gucana igiti cakubiswe n’inkuba?

  Umukurambere nabajije agira ati:”Kirazira gucana igiti cakubiswe n’inkuba. Iyo bishitse na ho, vyasaba uwo ariko aragicana aba atararenga ibigo na rimwe”. Ndamubajije ingaruka mû gihe uwarenze ibigo yoba yacanye ico giti, ukuri ni uwo yanyishuye:” Uwarenze ibigo ntashobora gucana ico giti. Cari gifise ingaruka mbi ku bantu nk’ abo  kuko baca bazana imirabagu ku matama”. Yongeyeko ko  mû gihe bashaka kuraba ko  umuntu yarenze ibigo bamuha ibisate vyasatuwe ku giti  cakubiswe n’inkuba akabicana. Babonye atazanye imirabagu akaba arusimvye, yayizana  Nakamura mû gisumanyenzi.

   Kubera amashamba cimeza asa n’ayari ku mahonero, ibiti vyakubiswe n’inkuba si ikirenga. Ariko, naho biboneka ko  hari ubukene bw’inkwi, na n’ubu bene ivyo biti ntibicanwa.

Ready to change the world

image

Let’s work together in order to change the  world. It requires hard work. World Merit, Thare Machi  Éducation and  the  Meal; together with the  local NGOs of GITEGA  organized an event. Teaching people how to prepare  safe  water  was one  of the  topics of the  day. World Merit is helping to impact communities. Don’t  ignore because we are moving fast fast.

Who supports who??

Using the UNSDGs, World Merit is helping young entrepreuners to acheve their dreams. There are many entrepreuners who work in rural places where there are not possibilities to reach on them. Team  of changemakers, World Merit wants  boys and girls to work with. These are the  local NGOs that organized the  évent:
* UCVSBu;
* Tujehamwe;
* EATA;
* AJUDC
* Bon Avenir;
* Africain Centre… . Farmers  are called  to work together. When people work together, they easily fight the  hunger. The picture  was taken on 24 septembre 2016 at GITEGA Burundi, at BWOGA hill. Many associations were there. It was a great  day  at all.

How to join others in  development?

To join  others is a good thing. It is unuse to work alone. There  are many changemakers at GITEGA and Bujumbura. The target is to impact our  community by using our  small things we have. On that day, the  country representative  of World Merit, together with our  beloved friend the  country representative  of ASASS were amont us. There were DVDs teachings provided by Thare  Machi Education  and  it was ASASS leader to teach that lesson  on safe  whater.

Young entrepreuner, you are called  to join us  in  order to work together. Don’t  work alone  again. We are here  to help each other.

La famine combattue à jamais

image

La famine est une situation à laquelle bon nombre de famille fait face. Pourtant, la plus part des burundais vivent de l’agriculture et de l’elevage. Ceci n’empêche que la famine embrasse ces familles.

L’agriculture sans objectif.

       Pour bien travailler, chaque cultivateur doit se fixer des objectifs. Ceci lui permettrait de bien planifier les activités champêtres. Le problème est que la plupart des agriculteurs n’y réfléchissent pas.

L’agriculture moderne négligée.

       Suite au manque de connaissances, les agriculteurs ne prennent pas au sérieux l’agriculture moderne. Même s’ils tentent, ils ne mettent pas de fumier et ceci fait que le rendement soit médiocre.
Beaucoup de burundais mangent de la banane. Mais aujourd’hui, un régime de banane n’est pas à la portée de tout le monde. Les familles à revenu insatisfaisant n’en mangent plus.

   Mettons nous au travail pour lutter contre la famine.

Yatungiye ingurube mu nzu none yayimusenyuriyeko !

Ntivyari bimenyerewe ko ingurube zitungirwa mu nzu abantu babamwo. Ushaka kwirabira aka gahore, nyarukira ku mutumba Musama, komine Giheta, intara ya Gitega.

Ubworozi bukorwa n’abantu benshi.

Ubworozi bw’ingurube burakorwa n’abanyagihugu batari bake.
Ubwo bworozi bukundwa kuko ababukora baronka umwavu w’ikirundi, mbere bakaronka n’amahera mu buryo bunyaruka. Umuntu atitonze, ntiyomenya ko hari ikihakorerwa.

Ingurube ziheberwa icumba mu nzu nkuru.

Mu mihana yose nagendeye, nasanze benshi batungiye ingurube mu nzu babamwo. Aha nkibaza ingene bihanganira umunuko mubi w’amase y’ingurube. Ivyo bikaba biri ukwo mu gihe abajejwe amagara y’abantu hamwe abajejwe intwaro babibona ntihagire ico bavuga. Naho babikora, bibazanira ingorane. Kubana n’ibitungwa bifise ingaruka nyinshi.

Igituma zitungirwa mu nzu.

Umutama nabajije igituma bazitungira mu nzu, anyishura ati :” Sinoshobora gushira igitungwa canje mu rugo kandi hariho ubusuma bukaze”. Ndamubajije ko adatinya kwandura indwara, avuga ati :” Indwara ndazitinya. Ariko, ndavye ukuntu ingurube yunguka ningoga, nca ndema”.

Ukwirinda indwara zituruka ku bikoko.

Kugira umuntu yirinde indwara zituruka ku bikoko, yozubakira aho kuba hazonyene.

IMG_20151231_164211

Le secret des réseaux sociaux.

image

Pendant que les autres utilisent les réseaux sociaux pour voler, insulter, faire de la politique ou publier des photos sans signification, je viens de faire un exploi. Via gmail, facebook et skype, me voici dans la communauté des blogueurs Yaga Burundi et l’ONG internationale World Merit.

         Le temps qui part n’est jamais rattrapé.

Après avoir constaté que les réseaux sociaux ne fonctionnent pas sans unité, j’ai remarqué qu’il me fallait une certaine décision: ne pas gaspiller mon temps sans objectif.

Les réseaux sociaux, chemin du changement

       Sans monnaie, les réseaux sociaux sont non utilisables.

Avec mon ambition de voir pourquoi les informations ne cessent de venir, j’ai commencé à les fouiller, surtout facebook et gmail. C’était en octobre 2015 que, après un test, j’ai pu intégrer dans le collectif Yaga Burundi, un collectif fait de blogeurs très intelligents et d’ethnie différentes. Ces blogueurs sont caractérisés par un dynamisme incomparable. Après peut de mois, tout en étant blogueur, j’ai continué a fouiller ces réseaux. En 2016, juste au mois de juillet, j’ai pu organiser l’événement de World Merit Day. Les choses vont ci vite que, au mois de septembre 2016, j’ai organisé un autre événement de l’ONG international the Meal. Ce dernier consistait à partager le repas local avec la population locale. Tout ceci m’a prouvé le contraire de ce que j’avais entendu parler des réseaux sociaux disant que les réseaux sociaux sont là pour les personnes qui ne veillent que du mal.

Les mentalités doivent être changées.

        Beaucoup de personnes ne font que poster leurs photos, quelques fois diaboliques. Il leur faut changer de mentalites . Il faut qu’ils sachent que tous réseaux fonctionnent à base de l’argent et du temps.
Quel est l’avantage d’être sur ces réseaux ?

Les avantages sont multiples. Citons que quelques-uns:

* Connections avec les amis du monde entier,
* Lire les autres,
* poster des informations,…

Je ne peux pas en finir.
Vivent: – Facebook
           : – Gmail,
           : – Skype et autres.

J’appelle aux jeunes qui ne font que poster leur photos seulement de ne pas gaspiller leur argent, mais aussi prendre du temps pour faire des choses innovantes.