Quand les uns sont trahis, les autres continuent de bon train.

Bon nombres de personnes sont trahis par certains dirigeants des organisations, surtout locales. Certaines ont pris la décision de ne plus s’associer aux autres. Mais ici, tout le monde peut se demander si cette décision serait une réponse à un tel problème. Elles se sont décidées de travailler dans la solitude. Ceux qui ont choisi de contuer continuer de travailler en association. Aujourd’hui, c’était le jour de partage des récoltes. Quelqu’un pouvait lire la joie sur leur figure car, le prix des pomes de terre étant exhaurbitant, elles vont passer des jours sans en acheter.

Pourquoi travailler en association?

Le fait de travailler en association est sans égal. Chaqu’un amène la même part que les autres et le travail devient rapide. La production est partagée entre tous les membres.

Trouble in trouble

Sometimes, a person can be in a situation of fear. Someone may have finished bis studdies but no job. May be, in his head, he is thinking that someone else will look for his job. This is impossible because post of the persons de live with use the selfishness.

How can trouble be in trouble?

You have to watch out what is going on in the community. Also,someone must know  that the work is the key of our life. Nowdays, we are trying to change the mentalities of those guys un the waiting of the job which doesn’t exist itself. They are on the way of becoming entrepreneurs. Trouble must in trouble.

Urunganwe rwo mu myaka izoza ruzovyumva nk’umugani

Nta muntu ayobewe y’uko abarundi bo hambere bari bafise ubutandukane butari buke. Ibi vyabonekera ku kugene bari bafise amoko n’imiryango bitandukanye. Yaba amoko canke imiryango, vyose bigenda bizimangana uko imyaka igenda.

Umuryango ni iki?

Umuryango ni umugwi w’abantu, baba hamwe kandi bagokomoka ku muntu umwe. Barangwa no kwumvikana muri vyose, ugufashanya ndetse n’ugutabarana.

What kind of testimony

Some people testify that they have been working for lucifer, but at the moment of the testimony, they claim to have known Jesus Christ. Their testimonies are very funny because: – they don’t reveal neither their names, the names of people they met in statanic area nor the names of everything.
They keep satanic secret but they claim to have known God! CONFUSION

Turonse aho tubikorera twobikora.

Nta n’umwe ayobewe ba sogokuru na ba  sogokuruza bari bafise uburyo bwinshi bwo guteramisha abantu. Ivyo vyabonekera mu: – Umurisho w’ingoma;– ukuvuza inanga;– Ikembe;– Umuduri;– Umwironge;– Amazina; – Ivyese; – Ibicuba n’ibindi bintu vyatuma abantu banezerwa. Ivyo vyarabatera kuba ba  rurangiranwa. Kino gihe biraboneka ko  ivyo vyose vyadonzwe aho hejuru biriko bigenda amazimayongo. Naho biri uko, mu bigo vya MIPAREC, ku magenekerezo ya 28/10/2014, igihe hatangwa seretifika na GLPI( Great Lakes Peacebuilding Institute ) ku bari bahejeje kwigishwa inyigisho yo “kuremesha amahoro mu bana”, vyagaragaye ko, naho bitacitaweho cane, utugenegene tugifise akanovera.Umuntu yihweje akongera akagereranya abarundi b’aho hambere n’ab iki gihe, hari itandukaniro rinini. Abarundi bo hambere baritwararika ibijanye n’akaranga n’imico vy’igihugu. Urwaruka rwa kino gihe rusa naho rutavyitayeho. Bamwe  batwawe n’ubuhinga bwa none, abandi batwarwa n’ibikorwa vyabo. Naho biri ukwo, hari urwaruka rumwe rumwe , bikunze ko  ruronka aho ruvugira rwogira ico rukoze.

 Simbona aho nobikorera n’ico vyomarira.

Iyo ni inyishu yatanzwe na Claude, igihe yari ahejeje kuvuga icese yise “ bumbatira amahoro“. 

Uwo muhungu akiri na muto, aho yavuga icese ciwe benshi batangajwe no  kubona hakiriho abashoboye gukina ibikino nk’ivyo. Benshi baraboneka ko batangajwe n’ibiriko biraba. Birashika ko umuntu agira ikintu mu bwenge , ariko ntabone neza ingene yobishira ahabona.

Ko mbona ufise ingabirano benshi badafise, uriko uyikoresha gute kugira ngo ubere akarorero urundi rwaruka?

   Ku vy’ukuri, ntana kimwe ndiko ndakora kuko ibi sivyo nkora. Kubera akazi kanje la misi yose katanyorohereza, sinoronka umwanya wo kubikora. Simbona n’aho nobivugira.
Wiyumva gute wibutse ko ufise ingabire y’ikintu gitera kigenda amazimayongo, ariko ukaba udashoboye kugihagararira?


     None wumva nokwiyumva neza bimeze ukwo? Birambabaza kubona bitankundira guhagararira ico nshoboye. Rimwe na rimwe nibwira ko bitoroshe kubera uburyo buke mfise.
Ni iki wosaba aba bantu bumvirije iki cese cawe?


       Ico nosaba ni uko abantu bose borazwa ishinga n’imico n’imigenzo bitera bikamangana. Ivyo vyoba mu ntumbero yo kugira ngo urunganwe ruzokurikira ntiruze ruvyumve nk’umugani, ahubwo ruzovyibonere. Ibi bigasaba ko umwe wese yobigira ivyiwe. Vyonatuma reta itunganya bene izo nkino, bibaye ngombwa n’amahiganwa agatunganywa mu ntumbero yo gutera intege ababishoboye.

Les homme qui ne font pas bien les rapport sxuels se voient divorcé.

Je pars!! Tu ne m’a jamais satisfait. Je ne peux pas accepter de rester fille alors que j’ai un mari. Au Burundi, les rapports conjugaux constituent un lien entre les mariés et c’est aussi un pilier  qui fait que les choses aillent dans le bon sens. Ces rapports mêmes , quand ils sont mal faits ou mal gérés peuvent occasionner le divorce.

   Avant le mariage.

Le mariage, même si c’est très coûtant , est très nécessaire car c’est le moyen de montrer aux autres ce dont on est capable. A la veille du grand jour, je dis du mariage des conseils sont prodigués à la jeune fille:

Respecter les membres de la famille dans laquelle tu va vivre.

– Ton beau père devient ton père.

– Ta belle mère devient ta mère.

– Respecter tes beaux-frères comme tu le fait pour ton mari. 
Elle divorce suite à la faiblesse sexuelle de son mari!!

    C’était un beau jour, le soleil brillait sous un ciel bleu, le petit vent souflait, l’horizon tranquille, quand elle a été accompagné comme tout autre fille allant fonder son propre foyer. Ce n’est qu’après une année de silence que les querelles ont commencé dans la nouvelle famille. L’homme commence à rentrer tard la nuit, quand la femme devenait de plus en plus esclaves de boissons fortes. La femme ne se rendait plus compte si la nuit était déjà tombée. Elle ne faisait que chercher un homme pouvant éteindre sa soif. Elle se plaignait souvant, disant qu’elle ne voyait pas l’importance du mari. Des murmures commencet à se faire entendre comme quoi elle s’était livrer dans la prostitution. Dans un silence incomparable, son mari commence des enquettes. Un soir, dans la maison du voisin, la femme est attrapée, la main dans le sac. Elle couche avec un autre homme. Ouuufff!!!! 

“Je comprend pourquoi tu es devenue compliquée”, lui dit son mari légal. ” J’espère qu’à partir d’aujourd’hui tu n’es plus ma femme. Tu reste avec cet homme”, a-t-il ajouté et il s’en est allé. 

L’homme ne savait pas que sa femme faisait tout ça en connaissance de cause. Le lendemain, il rassemble les membres de la famille pour leur dire ce qui s’était fait la veille. Quand la parole  fut accordée à la dame, elle a dit:”Depuis que je suis chez-toi, je ne peux pas dire que je suis devenue femme car tu n’a rien fait autre que me gratter. Je ne peux pas continuer d’être appelé femme alors que tu ne me satisfait jamais dans tes faux rapports conjugaux”. A ces mots, sans même demander le reste, elle se lève est part pour une destination inconnue.

Le secret du lit conjugal ne peut être devoilé que par l’un des deux. Je ne peux même pas confirmer l’impuissance du mari car il y a des femmes qui sont insatiables.

Ready to change the world

image

Let’s work together in order to change the  world. It requires hard work. World Merit, Thare Machi  Éducation and  the  Meal; together with the  local NGOs of GITEGA  organized an event. Teaching people how to prepare  safe  water  was one  of the  topics of the  day. World Merit is helping to impact communities. Don’t  ignore because we are moving fast fast.

Who supports who??

Using the UNSDGs, World Merit is helping young entrepreuners to acheve their dreams. There are many entrepreuners who work in rural places where there are not possibilities to reach on them. Team  of changemakers, World Merit wants  boys and girls to work with. These are the  local NGOs that organized the  évent:
* UCVSBu;
* Tujehamwe;
* EATA;
* AJUDC
* Bon Avenir;
* Africain Centre… . Farmers  are called  to work together. When people work together, they easily fight the  hunger. The picture  was taken on 24 septembre 2016 at GITEGA Burundi, at BWOGA hill. Many associations were there. It was a great  day  at all.

How to join others in  development?

To join  others is a good thing. It is unuse to work alone. There  are many changemakers at GITEGA and Bujumbura. The target is to impact our  community by using our  small things we have. On that day, the  country representative  of World Merit, together with our  beloved friend the  country representative  of ASASS were amont us. There were DVDs teachings provided by Thare  Machi Education  and  it was ASASS leader to teach that lesson  on safe  whater.

Young entrepreuner, you are called  to join us  in  order to work together. Don’t  work alone  again. We are here  to help each other.

La famine combattue à jamais

image

La famine est une situation à laquelle bon nombre de famille fait face. Pourtant, la plus part des burundais vivent de l’agriculture et de l’elevage. Ceci n’empêche que la famine embrasse ces familles.

L’agriculture sans objectif.

       Pour bien travailler, chaque cultivateur doit se fixer des objectifs. Ceci lui permettrait de bien planifier les activités champêtres. Le problème est que la plupart des agriculteurs n’y réfléchissent pas.

L’agriculture moderne négligée.

       Suite au manque de connaissances, les agriculteurs ne prennent pas au sérieux l’agriculture moderne. Même s’ils tentent, ils ne mettent pas de fumier et ceci fait que le rendement soit médiocre.
Beaucoup de burundais mangent de la banane. Mais aujourd’hui, un régime de banane n’est pas à la portée de tout le monde. Les familles à revenu insatisfaisant n’en mangent plus.

   Mettons nous au travail pour lutter contre la famine.

Le secret des réseaux sociaux.

image

Pendant que les autres utilisent les réseaux sociaux pour voler, insulter, faire de la politique ou publier des photos sans signification, je viens de faire un exploi. Via gmail, facebook et skype, me voici dans la communauté des blogueurs Yaga Burundi et l’ONG internationale World Merit.

         Le temps qui part n’est jamais rattrapé.

Après avoir constaté que les réseaux sociaux ne fonctionnent pas sans unité, j’ai remarqué qu’il me fallait une certaine décision: ne pas gaspiller mon temps sans objectif.

Les réseaux sociaux, chemin du changement

       Sans monnaie, les réseaux sociaux sont non utilisables.

Avec mon ambition de voir pourquoi les informations ne cessent de venir, j’ai commencé à les fouiller, surtout facebook et gmail. C’était en octobre 2015 que, après un test, j’ai pu intégrer dans le collectif Yaga Burundi, un collectif fait de blogeurs très intelligents et d’ethnie différentes. Ces blogueurs sont caractérisés par un dynamisme incomparable. Après peut de mois, tout en étant blogueur, j’ai continué a fouiller ces réseaux. En 2016, juste au mois de juillet, j’ai pu organiser l’événement de World Merit Day. Les choses vont ci vite que, au mois de septembre 2016, j’ai organisé un autre événement de l’ONG international the Meal. Ce dernier consistait à partager le repas local avec la population locale. Tout ceci m’a prouvé le contraire de ce que j’avais entendu parler des réseaux sociaux disant que les réseaux sociaux sont là pour les personnes qui ne veillent que du mal.

Les mentalités doivent être changées.

        Beaucoup de personnes ne font que poster leurs photos, quelques fois diaboliques. Il leur faut changer de mentalites . Il faut qu’ils sachent que tous réseaux fonctionnent à base de l’argent et du temps.
Quel est l’avantage d’être sur ces réseaux ?

Les avantages sont multiples. Citons que quelques-uns:

* Connections avec les amis du monde entier,
* Lire les autres,
* poster des informations,…

Je ne peux pas en finir.
Vivent: – Facebook
           : – Gmail,
           : – Skype et autres.

J’appelle aux jeunes qui ne font que poster leur photos seulement de ne pas gaspiller leur argent, mais aussi prendre du temps pour faire des choses innovantes.