Aho inkuba iciye ntawusubiraho!!

image

Kuva kera ba  sogokuru bari basanzwe bafise ivyo baziririza. Nk’akarorero, carazira kikaziririzwa gucana igiti cakubiswe n’inkuba. Ivyo rero vyaraba umurundi wese. Ukwo kuziririza ni na kwo kwatuma umuco n’akaranga bidatituka. Na bugingo n’ubu, ugutinya ikintu cakubiswe n’inkuba biracibonekeza mu  barundi.

   Inkuba ni iki?

Ni ikintu kitaboneshwa amaso, kizanana n’imvura irimwo imiravyo n’imituragaro ariko kikabonekera ku vyo  cononye. Inkuba ikubita abantu n’ibintu. Iyo ikubise umuntu, akenshi aca apfa. Hari uwugira Imana akarusimba. Abenshi mu  bakubiswe n’inkuba bakarusimba baremeza ko inkuba isa n’isake y’igitare, ifise ibizara n’ikinwa birebire kandi vyigonze. Aho iciye harangwa n’uko ibihari vyose vyononekaye: ibiterwa, ibitungwa, abantu,…, eka ibinyabuzima vyose birononekara. Abantu bakunda kugendereza ibihe, iyo hariko havuga imiravyo n’imituragaro vyinshi, barahagarika umutima bibaza ko  inkuba ishobora kwonona ibintu.

Ico inkuba yakubise kirazira kugikoresha ikintu na kimwe.

     Kuva na kera, inkuba yari iteye ubwoba. Abarundi bose  baratinya ikintu inkuba yagendeye, kandi n’ubu biri ukwo.

Mbega vyagenda gute  iyo inkuba yakubise abantu n’ibintu?

Iyo inkuba yakubise abantu n’ibintu, umukurambere wo muri uwo muryango ni we yaheza akivuga ati:” Iraduhaye ntiyahaye bake“. Baraheza bakazana umupfumu agateraho umugombe.
Abo muri uwo muryango baca biyoga, bakinyukurisha umugombe. Ibitoke vyose vyaba vyashikiriwe vyaratemwa kuko vyaca bibora mu mwanya muto. Ibiti baca babirekera aho, gushika vyihenuye.

  Imiziro y’igiti cakubiswe n’inkuba.

Igiti caba cakubiswe n’inkuba nta co caheza ngo gikoreshwe.
Emwe, ntawovuga ngo ni ukubera inkwi zitari bwa kene, kuko na bugingo n’ubu bimeze ukwo. Naho vyari uko, hari aho vyashika bakagicana. Aha, wibuke wa mugani wa
Sokuru ati:”Ikizira barazirura”.

   Mbega ni inde yari  arekuriwe gucana igiti cakubiswe n’inkuba?

  Umukurambere nabajije agira ati:”Kirazira gucana igiti cakubiswe n’inkuba. Iyo bishitse na ho, vyasaba uwo ariko aragicana aba atararenga ibigo na rimwe”. Ndamubajije ingaruka mû gihe uwarenze ibigo yoba yacanye ico giti, ukuri ni uwo yanyishuye:” Uwarenze ibigo ntashobora gucana ico giti. Cari gifise ingaruka mbi ku bantu nk’ abo  kuko baca bazana imirabagu ku matama”. Yongeyeko ko  mû gihe bashaka kuraba ko  umuntu yarenze ibigo bamuha ibisate vyasatuwe ku giti  cakubiswe n’inkuba akabicana. Babonye atazanye imirabagu akaba arusimvye, yayizana  Nakamura mû gisumanyenzi.

   Kubera amashamba cimeza asa n’ayari ku mahonero, ibiti vyakubiswe n’inkuba si ikirenga. Ariko, naho biboneka ko  hari ubukene bw’inkwi, na n’ubu bene ivyo biti ntibicanwa.

Advertisements

Ukubura ico wimarira kandi wama ku kazi!

image

Kuva kera ba sogokuru bari bazi kwitunganya. Abantu bari bafise ubuhinga bakoresha kugira ntihagire inzara ibinjirana . Amahera ataraza, barahinda ikibiri mu kurimiranira, mu kwiroynsa ivyo baba badafise, baguza n’abafise ivyo baba bakeneye. Ayo mahera amaze kuza ivy’ikibiri vyasubiriwe no gukorera ayo ku munsi. Abakorera ayo ku munsi baravuga ko ataco bibafasha.

      Intunganyo y’ibikorwa imbere y’umuzo w’amahera.

       Amahera ataraza, ba sogokuru ntibarera amaboko. Baritunganya ku buryo wasanga atakintu ca bo na kimwe kimeze nabi. Baja barashirana, uyu munsi bakarima kwa naka, bwaca bakaja ahandi. Vyaguma ukwo gushika babonye ko bose babakoreye. Vyari bigoye ko hogize uwubura imbuto kuko barakundana. Hageze kwimbura bose wasanga imbuga zabo zanikiyeko ivyimburwa. Bari babayeho neza.

    Umuzo w’amahera n’itimba ry’urukundo.

Ba sogokuru bari batunzwe no gukaba ivyimburwa. Umuntu yaba akeneye nk’ibigori ariko afise ubwishaza, yaca aja gukabisha kw’uwo afise ibigori. 
Amahera amaze kuza, kwaba uguhinda ikibiri, kwaba ugukaba ivyimburwa, vyose vyaciye bihagarara. Benshi bahinduka ba satuntutwanje. Umuhirwe yari uwufise ayo mahera kuko ntaco woronse utayafise.  Ubukene bwagiye buribonekeza mu bantu. Ahahora urukundo hasubira amahera.

    Ugukorera inticantikize !

    Umwe mu bariko barakorera ayo ku munsi yambwiye ati :” Dukorera inticantikize “. Ndamubajije igituma abivuga ukwo, yambwiye ati :” Nirirwa ndarima, ngahembwa amahera atarenga igihumbi n’amajana atanu”. Yabandanije ati :” Vyari bikwiye ko ayo dukorera ku munsi adushoboza gukoresha abakozi natwe. Ariko ntibikunda. Amahera dukorera ntaco amaze”.

     Biraboneka ko abo  bakozi batarira busema. Benshi muri bo ni abakene. Ndabona ko hari hakwiye intunganyo nziza ku buryo na bo bokwiteza imbere.

    Uko bokwirinda akarenganyo bakorerwa.

       Nk’uko abandi bakozi babikora, abaca amahera y’isuka bari bakwiye kuja mu mashirahamwe. Aho ni ho vyoshoboka ko boharanira inyungu zabo. Nyamba ari ugusaba ko badugirizwa agahembo canke kugabanirizwa amasaha bakora, ntivyoshoboka  batagiye hamwe.

L’interminable chômage combattu.

IMG_20160209_145957

Au Burundi, le chômage est devenu l’ami des diplômés qui sont comme des haricots sur le van. Ceci est dû par le fait que bon nombre de diplômés n’ont pas eu la chance d’être embauché par l’État et par conséquent ne voient pas ce qu’il faut faire.

Le chômage au Burundi.

Il y a des diplômés de niveau D6(Instituteur-Adjoints )et de niveau D7(Instituteur). Le premier groupe regorge de personnes ayants fréquenté les Lycées Pédagogiques. Le deuxième, lui est fait par ceux qui ont fait quatorze ans d’études. Certains d’entre eux n’ont pas eu la chance d’être embauché par l’État. Ils sont victimes de la politisation de toute chose dans ce pays d’une part et du nombre élevé de diplômés d’autre part .

L’enseignement qui ne prépare pas les élèves à s’adapter à la vie privée.

Ceci est comme ça alors que l’enseignement de l’encien système ne préparait pas les élèves à une vie privée. Les D6 ont été minimisés à tel point que, même s’il y avait encore les élèves dans la section dite pédagogique, l’État n’a pas hésité de dire à haute voix :”L’État n’engagera plus les Instituteurs-Adjoints”. Une telle annonce ne conduit qu’au désespoir.

Les conséquences de la politisation du recrutement de nouveaux enseignants.

Suite à la politisation durecrutement des enseignants, il y a ceux qui ont été diplômé à la fin des années-scolaires 2010-2011,2011-2012 qui sont dans la rue, alors qu’il y a ceux qui ont été diplômés après ceux-ci qui ont été directement embauchés.

Le changement de mentalités.

Tout élève de l’ancien système s’était entêté qu’il serait engagé par l’État.
Après avoir remarqué que tout se faisait à l’aide de “la loi de la jungle”, ils se sont en fin associés.
Ils ont mis ensemble leurs cotisations et ceci leur a permis d’acheter 150 poussins à Mutoyi, une localité de la commune Bugendana en province de Gitega.
Ces poussins ont grandi. Ce sont des pondeuses. Il y a des coqs.Quand je me suis rendu à la volaille, j’y ai rencontré un de leurs employés.
En lui demandant si ce travail est simple, il a répondu que, au début du projet, le travail était dur mais que à l’heure où elle me parlait, tout allait bien.
Moi : Combien d’oeufs
ramassez-vous par jour?
Employé: À peut près
soixante.
Moi : Avez-vous du marché pour
les oeufs ?
Employé: Oui.
Moi : A quelle prix
vendez-vous un oeuf ?
Employé: deux cents
cinquante francs
burundais.

Quand j’ai demandé à l’un des associés pourquoi ils se sont associés, il m’a répondu :”Cette association de dix chômeurs va de bon train.
Attendre que l’État vous embauche, c’est bien.
Ne pas songer à se procurer de l’emploi est un défaut”.

Les pauvres vendent leurs héritages aux riches.

IMG_20160207_134905
Dans l’habitude des choses, seuls les pauvres vendent leurs héritages au profit des riches.
La photo montre des maisons qui sont construites de façon compétitive. Sise dans le quartier Bwoga, zone Gitega rurale, commune Gitega en province de Gitega, cette localité est connue d’un nom special : Rweru ” . L’étonnant est que cette partie n’est même pas un quartier. Les maisons y sont construites en mode moderne. Personne ne peut y construire n’importe quoi et n’importe comment. Toutes les maisons ont un même plan. Qu’elle soit petite ou grande, le plan est unique.
La toiture est identique pour toutes les maisons.
Ce qui leur a échappé, c’est de pouvoir utiliser les mêmes tôles afin de pouvoir garder l’uniformité, mais aussi de la façon dont ces maisons sont peintes.
La place dans laquelle ces maisons sont construites appartenait à la famille royale. Avant que ces maisons y soient construites, cette localité était très dangereuse pour tout le monde. Les voleurs avaient fait “un terrain de rencontre “. Bien qu’étant peuplé par les hommes riches, ni un centre de santé, ni le marché n’y sont. L’école Nouvelle Horizon qui s’y est implanté n’est pas à la portée de tout le monde car les frais scolaires sont très élevés.
Dans cette localité, l’eau et l’électricité ne sont pas un problème. Les pauvres, ne pouvant pas construire une telle maison, sont obligés de vendre leurs propriétés pour laisser de la place au riche. Ce sont ces maisons qui, si rien n’est fait, constituent une menace pour l’aérodrome de Gitega.
Ici, une question se pose :” Si la famille royale peut vendre son héritage, Comment en serait -il pour les pauvres qui trouvent difficilement ce qu’il faut manger “?
En définitive, les pauvres vendent leur héritage de même que les riches peuvent vendre le leur.
Nous avons constaté que de telles maisons occasionnent l’érosion car, l’infiltration étant impossible, les conduits débordent et les champs des marais sont emportés par les eaux qui ruisselle.

sommes les mêmes

Le secret d’être reste du tabou pour beaucoup de gens.
Tout le monde peut se demander pourquoi des frères et soeurs s’entretuent comme des sauvages. La cause de cette haine n’est que la fameuse démocratie dont les initiateurs même ne connaissent pas. Comment se fait-il que les frères se tuent à tel point que leurs familles soient déracinés ? Chacun de nous a besoin de vivre pacifiquement.
Quel est le gain de tuer ton prochain ? De l’argent ? De vivre longtemps ? Herite de ses avoirs ?
Vous remarquerez qu’il n’y a rien du tout.

L’usine à “malheurs de toute sorte “

IMG_20151230_171358.jpg

La boisson prohibée dite rutuku se fabrique et se consomme en pleine air en province de Gitega, commune Gitega, quartier Bwoga. Ceci est fait malgré la fouille des policiers. Cette fouille est organisée une fois la semaine.
La fabrication et la hausse des prix des denrées alimentaires utilisés.

Se fabriquant à base des produits alimentaires de première nécessité, cette boisson est un problème. La farine de manioc et du maïs sont les plus utilisées. Au quartier Bwoga, la plupart de la population vie du revenu de cette bière. Pour les produits utilisés, leurs prix sont exorbitants.

La sourde oreille des administratifs et des agents de sécurité.

Dans cette localité, 65% des ménages en fabriquent. Souvent je me demande si les policiers qui y circulent n’ont pas leurs propres intérêts. Les élus locaux connaissent ces gens. Mais ils ne font rien pour mettre fin à cette fabrication. Je me suis rendu sur le lieu de fabrication. J’ai pu demander quelques questions à Médard :
Moi :” Quels sont les ingrédients que vous utilisez “?
Médard :” La farine de manioc et du maïs “.
– Moi :” Peux-tu me dire pourquoi vous fabriquez une bière prohibée “?
– Médard :” Qui vous a dit que c’est prohibée “?
Quand il m’a posé cette question, je ne me suis pas retrouvé. “Avez-vous l’autorisation de la part de l’administration “, lui ai-je demandé. “Non”, m’a-t-il répondu. En voulant savoir comment ils échappent la police, il m’a dit :” Chaque fois que la police prévoit la fouille, il y a, parmi eux, ceux qui doivent nous informer. Alors, nous cachons toute chose en rapport avec cette bière.

Cri d’alarme.

A voir les méfaits de cette bière prohibée” mais qui se consomme en plein air, l’administration devrait mettre fin à sa fabrication.

Les méfaits de cette boisson.

-Les ménages qui en fabrique finissent par divorcer,

-Les élèves qui en boivent ne continuent pas leurs études,

-Les filles sont victimes du mariage précoce, et mettent au monde comme leurs mères et dans une même maison,

-Les hommes se caractérisent par une faiblesse de tout temps. Les propriétés sont vendues comme si ça n’a plus de valeur,

-Un désordre généralisé s’observe dans ce quartier qui borde la route goudronnée qui mène à Bujumbura.

Les jeunes gens, au lieu de travailler, commencent à boire dès le matin.

Dans les places de fabrication, on dirait que les mesures d’hygiène ne leur concernent pas. Ces endroits sont si salles qu’il est difficile d’y passer dix minutes.

LA VIE OU LA MORT!

La bière prohibée communement appelléé RUTUKU fait rage à Bwoga, Commune Gitega, Province Gitega. Nous n’avons pas encore connu les bailleurs de fonds pour la fabrication de cette boisson dont la fabrication ne respecte ni les mesures d’hygiène, ni le dosage alcoolique.

Elle est consommée d’une façon massive par la population, et les conséquences sont non négligeables. Ces conséquences sont: la maigreur; faiblesse physique; ébriété du matin au soir; divorce; mariage precoce; querelle; désordre de tout genre; … . Ce qui étonne, c’est que, lorsques la police fouille, les personnes arrêtés sont liberés dans moins de deux jours.

Interrogés pourquoi ils buvent trop cette bière néfaste à la santé, ils répondent:”Nous ne pouvons pas acheter les produit de la BRARUDI qui sont très chers alors que nous pouvons nous fabriquer ce RUTUKU.

CRI D’ALARME

Nous demandons à toute personne qui finance ce mauvis commerce d’arrêter cet acte qui dépeuple le pays car les personnes qui en boivent meurent à petit feu.