Inzu zose waciyemwo zigiye kubomarwa 

Iyerekwa rivanzwe n’amajwi vyansanze mw’itiro, maze ntangazwa n’ivyo nabwiriwe muri iryo tiro. Ndagushima Mana wewe uhishura ukuri. Ugushaka kwawe abe ariko kuranguka, amen. 

Uwo musi niriwe ndakora imirimo isanzwe. Hageze ko ndyama ndasenga. Aha ndi mw’itiro, numva umuntu ampamagara mw’izina ati:”Felix Ndereyimana “, nanje ndamwitaba nti :”Sabwe “. Arambwira ati:”Umaze imyaka itari mike utagira aho uba, utaronka n’abafungura ivyo watetse. Naho wabibonye uteba, inzu watanguye kubamwo ntiyari ukwiye amategeko kuko umuyaga, izuba n’imvura vyagushikako vyoroshe. Wamana inzara naho nyene waboneka nk’uwufungura akanafungurira abandi. Nagufashe ukuboko ngusohora muri urya musaka ngo ni inzu. Warimutse. Inzu wimukiyemwo yari imeze nk’iyikomeye, ariko ibisakazo vyayo vyari vyaratobaguritse. Uribuka ko imvura iguye wavirwa cane kuko atacari kigukingiriye. Naho wafungura bikwiye, nababazwa n’ingene wamana imbeho. Nagukuye muri iyo nzu noneho ngushira mu bugaragwa. Naho ivyo gufungura vyari bihari, kuko hari mu bugaragwa, wafungura ibivanze n’imyanda. Mmaze kubona ugiye gufutana, nagukuye muri ubwo bugaragwa ngushira mu yindi nzu. Iyo nzu yasa neza inyuma. No gufungura vyari ibikwiye. Waragubwa neza. Hageze ko uhaguruka, wakubita umutwe ku buhiri bwari hejuru ya we. Vyose wabikora wicaye. Kubera wari ugiye kuba ikimuga, nagukuye muri iyo nzu ngushira mu yindi arinayo urimwo na bugingo n’ubu. Naho mufungura, ntimugubwa neza kuko hari uburyarya bubinyegejemwo. Ni Jewe natumye mutaja inama. Abayibamwo naho nyene bafungura ntibashira inzara kuko bari mu bugaragwa. Nuko rero gira witegure kuko mfise ico nagutumweko”. 

Ndamubwira nti:”Ivyo uvuga sindabitahura, nsavye ubinsigurire”. Nkivuga ivyo, naciye nikangura , mmara umwanya niyumvira kuri ivyo mbwiriwe mu ndoto. Mfata umwanya wo gusenga. Nsubiriye gusinzira, ryajwi ryongera kugaruka.  Numva ambwira ati:”Wabaye mu nzu nyinshi kandi wabonye ibintu bitandukanye.  Nagumanye na we kugirango udacibwa intege n’ivyagenda bikubako. Inzu zimwe waciyemwo ziracameze kwakundi. Urugendo umazemwo imisi rugiye kurangira.  Inzu umaze imisi ubamwo igiye gusangangurwa. Ivyo wabonye vyose bikubere icigisho. Iyo nzu ugiye guhabwa uze wirinde kuyubaka nk’izo zose waciyemwo. Kuko vuba zigiye gusamburwa. Nuko rero witegure, usohoke uve muri iyo nzu ntibomorwe ukuri muri yo. Abayibamwo bose nzobashiburira hanze. Aho kunkorera bashira amaronko imbere. Ngaho mara kanya witegura kuko utazongera kwinjira mu nzu zubatswe n’abandi. Ugiye guhabwa iyawe nzu”. 

Nagumye nsinziriye, ariko sinasubira kwumva rya jwi. Maze nikanguye ninginga Imana kugirango nsigurirwe ivyo vyose. Maze ndi mu Mpwemu numva ijwi rimbwira riti:”Zirya nzu zose wabwiwe ni iz’ahantu ho mu mpwemu. Haguruka ubwire abakiri muri zo bose ko zigiye gusamburwa “. 

Nanje nti:”Shimwa Mana kuko ataco ukora utaburiye umusavyi wawe, amen “.

Yatungiye ingurube mu nzu none yayimusenyuriyeko !

Ntivyari bimenyerewe ko ingurube zitungirwa mu nzu abantu babamwo. Ushaka kwirabira aka gahore, nyarukira ku mutumba Musama, komine Giheta, intara ya Gitega.

Ubworozi bukorwa n’abantu benshi.

Ubworozi bw’ingurube burakorwa n’abanyagihugu batari bake.
Ubwo bworozi bukundwa kuko ababukora baronka umwavu w’ikirundi, mbere bakaronka n’amahera mu buryo bunyaruka. Umuntu atitonze, ntiyomenya ko hari ikihakorerwa.

Ingurube ziheberwa icumba mu nzu nkuru.

Mu mihana yose nagendeye, nasanze benshi batungiye ingurube mu nzu babamwo. Aha nkibaza ingene bihanganira umunuko mubi w’amase y’ingurube. Ivyo bikaba biri ukwo mu gihe abajejwe amagara y’abantu hamwe abajejwe intwaro babibona ntihagire ico bavuga. Naho babikora, bibazanira ingorane. Kubana n’ibitungwa bifise ingaruka nyinshi.

Igituma zitungirwa mu nzu.

Umutama nabajije igituma bazitungira mu nzu, anyishura ati :” Sinoshobora gushira igitungwa canje mu rugo kandi hariho ubusuma bukaze”. Ndamubajije ko adatinya kwandura indwara, avuga ati :” Indwara ndazitinya. Ariko, ndavye ukuntu ingurube yunguka ningoga, nca ndema”.

Ukwirinda indwara zituruka ku bikoko.

Kugira umuntu yirinde indwara zituruka ku bikoko, yozubakira aho kuba hazonyene.

IMG_20151231_164211

Amashure twize ntaco amaze !!

image

Haraciye igihe abakozi ba Leta , na canecane abigisha, bemerewe ko agashahara kabo kagiye kuduzwa, ariko ntivyakozwe nk’uko vyari vyitezwe.

Impapuro z’umutsindo.
          
     Abigisha bagabuye mu mice itandukanye ifatiye ku mashure bize. Hari abatsindiye ukwigisha mu mashure y’intango(D6). Iruhande y’abo , hari abandi batsindiye ukwigisha mu mashure y’intango, mbere bagafasha no mu mashure yisumbuye( D7) Mvuge n’abo baminuje, bize maremare.

Imyaka ibiri y’amashure twize ipfuye ubusa.

       Inyuma y’aho Leta ishiriye mu ngiro umugambi wo kunganisha agahembo k’abakozi bayo, hari umugwi w’abigisha bidoga bavuga ko Leta yabikuye mu kubabesha ngo ibadugirije agahembo. Abo ni bamwe batsinze amashure cumi n’ane (D7).

Igituma abo bigisha bidoga.

     Umwigisha nabajije agira ati:” Twamaze imyaka cumi n’ine twiga, none baduhembera cumi n’ibiri “.
Ndamubajije ikimutuma kuvuga ivyo, yanyishuye ati :” Mu gukuraho ubusumbasumbane bw’agahembo kacu, twafatiwe ku rugero rumwe n’abatsinze amashure cumi n’abiri. Ivyo mwebwe mwumva vyumvikana”?

Ico basaba Leta.

      Wumvirije ukwo bavuga, biratahurika ko batanezerejwe n’ivyo bakorewe. Basaba Leta ko yoreka kubanyanganya

imyaka ibiri y’amashure.
Umwigisha umwe agira ati :” Tucumva ko bagiye gukuraho ubusumbasumbane bw’agahembo kacu , twari twizeye ko bigiye kugenda neza. Vyabaye nka wa mwana yasaba se wiwe umukate akamuha ibuye”.
Ndamubajije ico bagiye gukora avuga ati :” Nta  co tugiye gukora kuko twizigiye ko Leta ibibona. Twibaza ko bazobihindura. Ico ni co twiteze “.

Le Comité de Gestion de l’École corrompu !

IMG_20160215_163030

La mise au point du Comité de Gestion de l’École(CGE) semblait être une chose venue au moment opportun car une mauvaise gestion se remarquait sur beaucoup d’écoles.
Cette espoir n’a pas duré car, sur beaucoup d’écoles, ce comité semble “inexistant” ou, peux-dire “corrompu”.

Le rôle de ce comité.

Le rôle de ce comité est de suivre de près toute chose concernant la gestion de l’école. Est-ce réellement ce qui se fait sur certaines écoles?
L’école fondamentale a été initié, mais le manque clients des locaux se faisait sentir ça et là.
La plupart des écoles ont perçu de l’argent payé par leurs parents dans le but de construire des locaux pour la fondamentale.
Sur certaines écoles, il y a eu une organisme qui s’est chargée de la construction de ces locaux.

Quelles sont les fins de l’argent payée par les parents?

Le programme de construction de ces locaux est sans critique. Comme vous le voyez sur la photo, ces locaux ont été construits sur une des écoles de la commune scolaire de Giheta en province de Gitega. C’était en 2014.
Cette organisme y est arrivé quand les parents venaient de payer 1500f bu par famille. Les locaux ont été construits. Les bancs sont aussi donnés. Ce projet n’a duré que six mois.

Le comité de gestion corrompu.

Malgré la présence de ce comité , l’argent des parents n’a pas été remise aux parents et personne ne connaît où cette somme a été mise. Si sur cette école il y avait la bonne gouvernance, l’argent devrait être remise aux parents. Au cas contraire, il faut réunir ces parents pour leur dire l’orientation de leur argent. Ceci n’a pas été fait sur cette école.
Le comité de gestion n’a fait aucune réaction. J’ai constaté qu’il est corrompu.
S’il ne l’est pas, j’espère que d’ici peu, ce comité faira tout pour réclamer que cet argent revient aux parents.

L’interminable chômage combattu.

IMG_20160209_145957

Au Burundi, le chômage est devenu l’ami des diplômés qui sont comme des haricots sur le van. Ceci est dû par le fait que bon nombre de diplômés n’ont pas eu la chance d’être embauché par l’État et par conséquent ne voient pas ce qu’il faut faire.

Le chômage au Burundi.

Il y a des diplômés de niveau D6(Instituteur-Adjoints )et de niveau D7(Instituteur). Le premier groupe regorge de personnes ayants fréquenté les Lycées Pédagogiques. Le deuxième, lui est fait par ceux qui ont fait quatorze ans d’études. Certains d’entre eux n’ont pas eu la chance d’être embauché par l’État. Ils sont victimes de la politisation de toute chose dans ce pays d’une part et du nombre élevé de diplômés d’autre part .

L’enseignement qui ne prépare pas les élèves à s’adapter à la vie privée.

Ceci est comme ça alors que l’enseignement de l’encien système ne préparait pas les élèves à une vie privée. Les D6 ont été minimisés à tel point que, même s’il y avait encore les élèves dans la section dite pédagogique, l’État n’a pas hésité de dire à haute voix :”L’État n’engagera plus les Instituteurs-Adjoints”. Une telle annonce ne conduit qu’au désespoir.

Les conséquences de la politisation du recrutement de nouveaux enseignants.

Suite à la politisation durecrutement des enseignants, il y a ceux qui ont été diplômé à la fin des années-scolaires 2010-2011,2011-2012 qui sont dans la rue, alors qu’il y a ceux qui ont été diplômés après ceux-ci qui ont été directement embauchés.

Le changement de mentalités.

Tout élève de l’ancien système s’était entêté qu’il serait engagé par l’État.
Après avoir remarqué que tout se faisait à l’aide de “la loi de la jungle”, ils se sont en fin associés.
Ils ont mis ensemble leurs cotisations et ceci leur a permis d’acheter 150 poussins à Mutoyi, une localité de la commune Bugendana en province de Gitega.
Ces poussins ont grandi. Ce sont des pondeuses. Il y a des coqs.Quand je me suis rendu à la volaille, j’y ai rencontré un de leurs employés.
En lui demandant si ce travail est simple, il a répondu que, au début du projet, le travail était dur mais que à l’heure où elle me parlait, tout allait bien.
Moi : Combien d’oeufs
ramassez-vous par jour?
Employé: À peut près
soixante.
Moi : Avez-vous du marché pour
les oeufs ?
Employé: Oui.
Moi : A quelle prix
vendez-vous un oeuf ?
Employé: deux cents
cinquante francs
burundais.

Quand j’ai demandé à l’un des associés pourquoi ils se sont associés, il m’a répondu :”Cette association de dix chômeurs va de bon train.
Attendre que l’État vous embauche, c’est bien.
Ne pas songer à se procurer de l’emploi est un défaut”.

De nouvelles montagnes se font voir dans le terrain didactique de l’université du Burundi à Gitega.

IMG_20160209_160732

Une montagne d’ordures se forme dans le “terrain didactique de l’université du Burundi” à Gitega. Ces ordures se localisent dans le quartier Nyamugari, première avenue .

Une montagne de toute sorte de déchets.

Cette montagne est faite par une multitude de choses. C’est dans cette place que sont jetés toutes les saletés provenant du marché central de Gitega. Toutes les personnes viennent s’y soulager. Les enfants de la rue s’y rencontrent pour voir s’ils peuvent y trouver de quoi à manger. La route sur laquelle se trouvent ces ordures mène à la Radio Star FM émettant depuis le quartier Nyabugogo. À huit cents mètres, c’est le marché central de Gitega.
À moins de vingt mètres se trouve une église protestante qui ne craint même pas l’éventuelle attaque des maladies des mains sales. A quelques trente mètres se trouve la FABI (Faculté d’Agro-Bio Ingénierie ) de l’Université du Burundi. Les vieux, les adultes et les jeunes y passent comme si rien ne constitue le danger public.

La santé menacée.

Il est difficile de respecter les règles d’hygiène à cet endroit où tout le monde se précipite pour y jeter des saletés. Une odeur piquante se fait sentir.

À voire la hauteur de ces ordures, tout le monde peut se demander si les travaux communautaires s’y font ou pas. Ces travaux sont faits en bonne et du forme, raison pour laquelle je peux dire que ces saletés sont causées par la mégarde des administratifs.

Les moyens de stopper cette montagne.

*Si ce n’est pas possible que la commune prend des mesures pouvant conduire à l’enlèvement de ces ordures, il faut qu’une décision soit prise ” chaque personne doit rentrer avec le reste de ce qu’il a vendu”. Si une telle décision est prise, la disparition de cette nouvelle montagne sera sans appel.

* Il faut que l’université du Burundi interdise ceux qui y jettent ces ordures si non, dans les jours à venir, les maladies des mains sales pourront dépeupler cette localité.

Akarima k’igikoni .

IMG_20160207_141455
Ingo nyinshi zirafungura imboga ku munsi ku munsi. Ivyo bituma imboga zihurumbirwa na benshi, zigaca zizimba. Benshi bahisemwo kuziyegereza.

Ukuzimbwa n’ico wokwironsa.

Haraheze iminsi abantu batahuye ko inzara yiziziye benshi kandi kuyirwanya kudasaba ibintu vyinshi. Benshi barabonye ko kwama baja kugura imboga kw’isoko vyagenda biba ikibazo ku muntu wese ,na canecane ababa mu gisagara kuko badafise aho bashobora gutera imboga, ubona ko benshi bapanze .
Bafashijwe n’ishirahamwe “care ” abanyagihugu bo mu ntara ya Gitega, komine Gitega, ikaritiye Bwoga barigishijwe ukuntu botunganya akarima kari hafi y’igikoni, kaba gatewemwo ibintu vyose umuntu ashobora gukenera : imbwija, ipwavoro, ipilipili mbuzi, ipinari ibitunguru, ,….
Ako karima karatunganywa ku buryo ibiterwa bitaryana, ubwoko bwose bugatunganirizwa ikibanza ca bwo.
Ako karima karafasha abantu benshi.

Ingene ako karima gatunganijwe.

Mu kugatunganya, bagakora nk’umuzingi, aho igiterwa cose gitegurirwa ikibanza. Barasigaza inzira abazovomera bazocamwo. Ahenshi bifashisha amagunira. Ahandi usanga bakoresheje imisegetera mu kwubaka ako karima.

Akarima gato ariko Kirumara.

Kubera abantu b’i Bwoga basanze ako karima ari ngirakamaro, baciye bafata nkama uwo mugambi. Ubiravye, usanga uwo mugambi wunganira abawitabiriye kuko batagifise ingorane z’imboga.

Ryasize umugani mu bantu.

Ishirahamwe “care” ntirikiboneka cane i Bwoga, ariko ivyo bigishije abantu bo muri ako gace, vyabaye ngirakamaro ku bantu bose. S’abatunzi, s’abakene, bose bihatira gutunganya ako karima.

Abantu mufise ingorane zo kuronka imboga, munyarukire i Bwoga kugira murahure ubwenge, kuko na sogokuru yarayamaze, aho yavuga ati:”Ubwenge burarahurwa”.

La politique burundaise s’applique même aux arbres fruitiers !

La politique burundaise est étonnante. Elle s’applique même aux arbres !
Depuis son ascension au pouvoir, le président du Burundi s’est donné projet :la multiplication des arbres fruitiers. Au début du projet, tout le monde pensait que c’était un act positif qui allait aboutir à un changement remarquable. Les jours se sont passées, les activités allaient de bon train. Les personnes qui multipliaient les plants d’avocats percevaient la l’argent.
Les avocats étaient plantés le long des routes, les gens en recevaient gratuitement. Les jours se sont passées, les administratifs, qui devraient faire le suivi n’ont rien foutu.. Les arbres fruitiers, qui avaient été multipliés d’une façon étonnante, on disparut suite à la politisation de ce jeste présidentiel.
Aujourd’hui, les avocats sont rares et raffinés car ne disposant pas une somme suffisante, il est impossible d’avoir un avocat à manger.
Le marché du quartier Magarama dit “ku kansoko, les choses ne sont pas aussi simples que ça. Les avocats sont chers de façon que personne ne peut aller acheter un sans qu’il soit en possession d’au moins deux cents francs. Suite à la politisation de ce projet IMG_20160207_141719

Les conséquences de la démographie galopante à Gitega

IMG_20160206_162157.jpg
La démographie devient du jour au jour un problème majeur à Gitega. La photo montre l’aérodrome de Gitega qui est fermé depuis des années. Se situant dans le quartier dit “wankana “, il fut ‘le plus visité du pays. Dans les années passées, aucune maison n’était construite à moins de cinq kilomètres de cet aérodrome. Il était strictement interdit d’y passer.
Actuellement, cette place est accessible. Des maisons modernes sont construites à moins d’un kilomètre, des champs sont tout au tour de cette place.

Des naissances non contrôlées.

Les naissances non contrôlées sont à l’origine de la forte démographie. Après Bujumbura, Gitega est la province habitée  par beaucoup de gens. Si rien n’est fait, l’aérodrome de Gitega finira par disparaître.

Une place autrefois protégée mais aujourd’hui menacée.

Des maisons modernes, construites de façon compétitive, approchent cet aérodrome d’une façon rapide.
Les agriculteurs y sèment les haricots, du manioc et du maïs. La production n’est pas satisfaisante car cette terre est stérile.

Les causes de cette démographie.

Bien que leurs propriétés se diminuent d’une façon rapide, certains hommes de Gitega ne veulent pas faire le planning familial. C’est la cause de cette démographie galopante. Suite à cette dernière, les gens se sont payés le luxe de construire des maisons dans des places où même le vélo rencontre des difficultés pour y arriver.

La protection des places publiques.

Il faut que cette démographie soit arrêtée afin de ne pas construire sur l’aérodrome. Le drame est que les administratifs font un sourd oreille sur cette question.
A voir comment les maisons sont construites tout au tour de cet aérodrome, il est visible que dans les jours à venir, cette place va disparaître.

sommes les mêmes

Le secret d’être reste du tabou pour beaucoup de gens.
Tout le monde peut se demander pourquoi des frères et soeurs s’entretuent comme des sauvages. La cause de cette haine n’est que la fameuse démocratie dont les initiateurs même ne connaissent pas. Comment se fait-il que les frères se tuent à tel point que leurs familles soient déracinés ? Chacun de nous a besoin de vivre pacifiquement.
Quel est le gain de tuer ton prochain ? De l’argent ? De vivre longtemps ? Herite de ses avoirs ?
Vous remarquerez qu’il n’y a rien du tout.